Anonyme

AD CÆNAM AGNI PROVIDI

[Paris, Bibliothèque nationale de France, Rés. Vma ms 571, n° d.261]

Attribution

Ce motet est anonyme. Les attributions précédentes sont sans fondement (voir Dossier attributions).

Source

Anonyme, [sans titre], dans Recueil Deslauriers (n° d.261), partition, ms, 352 x 220 mm, f. 211v, F-Pn/ Rés Vma ms 571

(1er système et début du 2e système du f. 211v)

Datation – Provenance

Aucun élément factuel ne permet de dater ce motet.

Utilisation liturgique

Temps pascal. Vêpres.

Effectifs – Disposition – Interprétation

sol2,sol2,ut1,fa3 / bc

Cette disposition chorale peut s’exécuter avec trois voix d’enfants soutenues par un pupitre de voix d’hommes. L’ensemble est soutenu par une basse continue.

 

Si on le souhaite, on pourra chanter l’ensemble de l’hymne en alternant le plain chant pour les strophes paires (voir dans le Recueil Deslauriers au no 281-b, ou l’annexe ci-dessous) et la polyphonie pour les impaires.

Notes sur le texte

1er verset de l’hymne.

Texte

Ad cænam agni providi,

Et stolis (a) albis candidi,

Post transitum maris rubri,

Christo canamus principi.

(a) source : « stollis ».

Traduction

Vainqueurs de la mer rouge, échappez de son onde

Allons parez de blanc en festin de l’Agneau :

Publions dans nos chants, du Redempteur du monde

Le triomphe nouveau.

(traduction : I. Du Mont [Sacy], L’Office de l’Église en latin et en françois, dédié au Roy, 9e édition, Paris, Jean Camusat et P. Le Petit, 1653, p. 489.)

Édition moderne

Antoine Boesset, Sacred Music, Part 1 : Motets and Hymns, ed. Peter Bennett, Middleton (WI), A-R Editions, 2010,
p. 158-159.

Annexe

Antiphonier bénédictin, pour les religieuses du royal & célèbre monastère de Mont-Martre, Paris, Louis Sevestre, 1646, p. 493.