Anonyme

VIDENTES TE CHRISTE

[Paris, Bibliothèque nationale de France, Rés. Vma ms 571, n° d.195]

Attribution

Ce motet est anonyme. Les attributions précédentes sont sans fondement (voir Dossier attributions).

Sources

A.

Anonyme, [sans titre], dans Recueil Deslauriers (n° d.195), partition, ms, 352 x 220 mm, f. 164-164v-, F-Pn/ Rés Vma ms 571

(3e système du f. 164 ; 1er système du f. 164v)

 

 

B.

Anonyme, [sans titre], dans Recueil de motets jésuites, une partie séparée « I9 Superius / a 5, 8 &c. », ms, US-Cn (Chicago, The Newberry Library, Howard Mayer Brown collection)/ Case MS 5123, ms, p. 18.

(source lacunaire : uniquement la partie de dessus)

(3e et 4e portées)

voir fac-similé dans l’annexe ci-dessous

Comparaison des sources

Quelques variantes mineures dans les rythmes ou les altérations (voir le Dossier concordances)

Datation – Provenance

Aucun élément factuel ne permet de réellement dater cette pièce pour laquelle aucune autre concordance n’a été établie. Toutefois le manuscrit de Chicago (source B) provenant peut-être des jésuites d’Avignon – voir Laurent Guillo, « Un recueil de motets de Sauvaire Intermet (Avignon, c. 1620-1625) : Chicago, Newberry Library, Case MS 5136 », Dix-septième siècle, 232 (2006/3), p. 453-475 – permet de dater cette courte pièce des toutes premières décennies du xviie siècle et de localiser son origine géographique dans le Midi de la France. On notera néanmoins les audaces contrapuntiques inhabituelles à l’époque (voir notamment les quintes augmentées des mes. 3 et 9).

Utilisation liturgique

Passion ? Saint-Sacrement ?

Effectifs – Disposition – Interprétation

ut1,ut3,ut4,fa4

Ce motet est composé pour un chœur à quatre parties composé d’une partie pour les enfants, accompagnée par trois pupitres de voix d’hommes : haute-contre, taille et basse.

Notes sur le texte

Aucune concordance exacte du texte n’a pu être identifiée, hormis dans deux cas très particuliers : 1° sur une musique différente dans une œuvre lacunaire du compositeur provençal Sauvaire Intermet (US-Cn/Chicago, Case MS 5136, ms, Superius tert. chor., p. 9, source lacunaire), concordance signalée par Laurent Guillo (voir ci-dessus) ; 2° dans un ouvrage tardif, Heures des pénitens contenant tous les Offices qui se doivent dire pendant le cours de l’année par toutes les Compagnies de Pénitens, Aix, Vve J. David et Esprit David, 1755, « Prières préparatoires pour bien et dévotement partir de la Chapelle, quand on va en Procession / Adoration au S. Sacrement de l’Autel », p. 756.

Texte

Videntes te Christe, in patibulo crucis vulneratum : juxta crucem, lachrymantes clamamus. O Christe audi nos.

Traduction

Vous ayant vu, ô Christ, si blessé au gibet de la croix : au pied de la coix, O Christ, écoutez-nous.

(traduction : Jean Duron)

Annexe

Source B

Anonyme, [sans titre], dans Recueil de motets jésuites, une partie séparée « I9 Superius / a 5, 8 &c. », ms,

US-Cn/ Case MS 5123, p. 18.

Résumé

Compositeur

Titre

Videntes te Christe

Effectif simplifié

Quatre parties avec une voix d'enfants

Effectif détaillé

ut1,ut3,ut4,fa4

Source

Paris BnF (Mus.) : Rés. Vma ms 571, n° d.195.

Genre musical

motet

Genres littéraire et liturgique

prière

Personne citée

Identifiant

Utilisation liturgique

Passion
Saint-Sacrement