Anonyme

BONE JESU DULCISSIME

[Paris, Bibliothèque nationale de France, Rés. Vma ms 571, n° d.69]

Attribution

Ce motet est anonyme. Les attributions précédentes sont sans fondement (voir Dossier attributions).

Source

Anonyme, [sans titre], dans Recueil Deslauriers (n° d.69), partition, ms, 352 x 220 mm, f. 64v, F-Pn/ Rés Vma ms 571

(3e et 4e systèmes du f. 64v)

Datation – Provenance

Aucun élément factuel ne permet de dater ce motet pour lequel aucune autre concordance n’a été établie.

Utilisation liturgique

Pour le roi.

Effectifs – Disposition – Interprétation

sol2,ut1,ut3,ut4

Ce motet est composé pour un chœur à quatre parties composé de deux voix d’enfants, accompagnées par deux pupitres de voix d’hommes : haute-contre et basse-taille.

Notes sur le texte

Ce centon anonyme, en forme d’invocation, a été utilisé par Mathieu Gascongne, chantre de la chapelle royale sous François Ier. Le texte s’inspire d’une antienne à saint Michel : « Angele qui meus es custos, pietate superna me tibi commissam serva, defende, guberna. »

Texte

Bone Jesu, dulcissime, o Jesu clementissime, regem nostrum Ludovicum tu conserves, salva, defendes, guberna.

Traduction

O bon Jésus, o très doux, o très clément Jésus, toi qui protèges notre roi Louis, sauve‑le ; toi qui le soutiens, éclaire-le.

 

(traduction : Jean Duron)

Résumé

Compositeur

Titre

Bone Jesu dulcissime

Effectif simplifié

Quatre parties avec deux voix d’enfants

Effectif détaillé

sol2,ut1,ut3,ut4

Source

Paris BnF (Mus.) : Rés. Vma ms 571, n° d.69.

Genre musical

motet

Genres littéraire et liturgique

centon
antienne

Identifiant

Utilisation liturgique

Pour le roi