Anonyme

AVE MARIA… QUÆ CUM AUDISSET

[Tours, Bibliothèque municipale, ms 168, n° t.28]

Attribution

Ce motet est anonyme. Les attributions précédentes sont sans fondement (voir Dossier attributions).

Source

Anonyme, [sans titre], dans Recueil de motets et chansons de Tours (n° t.28), partition, ms, 365 x 230 mm, f. 46v-47v, F-TO : ms 168

(f. 46v-47 en entier ; 1er système du f. 47v.)

Datation – Provenance

Aucun élément factuel ne permet de dater ce motet pour lequel aucune concordance n’a été établie, ni même de proposer une provenance géographique.

Utilisation liturgique

Offices de la Vierge durant l’Avent ? Annonciation ?

Effectifs – Disposition – Interprétation

sol2,ut1,ut3,ut4,fa4

Le motet est composé pour un chœur à cinq parties. Les deux parties de dessus sont chantées par les enfants de chœur : un soliste représentant l’archange Gabriel chante à voix seule tandis que les autres enfants chantent la partie de dessus 2. Ces deux parties sont soutenues par trois pupitres de voix d’hommes : haute-contre, taille et basse.

Pour rendre plus efficace le dialogue, il est souhaitable de placer le dessus soliste hors du chœur, par exemple dans une tribune. Les témoignages d’une telle pratique au xviie siècle sont assez courants, l’enfant chantant soit en tribune ou sur le jubé, soit derrière l’autel. L’effet est particulièrement remarquable, notamment lorsque le motet est exécuté sans basse continue.

Notes sur le texte

Ce centon anonyme en dialogue s’appuie très largement sur l’Évangile selon saint Luc (i.28-31, 34-35, 38), les paroles, agencées différemment, ne comportant aucun changement majeur. Ces paroles servent de répons et d’antienne au 3e nocturne de l’Office de la Vierge durant l’Avent et pour la fête de l’Annonciation.

Texte

Ave Maria gratia plena, Dominus tecum.

Quæ cum audisset, turbata est in sermone ejus, et cogitabat qualis esset ista salutatio.

Ne timeas Maria : ecce concipies in utero, et paries filium, et vocabis nomen ejus Jesum.

Quomodo fiet istud, quoniam virum non cognosco ?

Spiritus sanctus superveniet in te, et virtus altissimi obumbrabit tibi.

Ecce ancilla Domini : fiat mihi secundum verbum tuum.

Traduction

Je vous saluë, Marie, pleine de grace, le Seigneur est avec vous.

Mais elle l’ayant veu, & ayant oüy ses paroles, en fut troublée, & elle estoit en peine en elle‑mesme, quelle pouvoit estre cette salutation.

Marie, ne craignez point : Voicy que vous concevrez en vostre sein, et enfanterez un Fils à qui vous donnerez le nom de Jésus.

Comment ce que vous dites se fera-t-il, puis que je ne connois point d’homme ?

L’Esprit saint surviendra en vous, et la force du Tres-haut vous environnera de son ombre.

Voicy la servante du Seigneur : que ce que vous me dites soit fait selon vôtre parole.

 

(traduction d’après : Isaac Le Maître de Sacy, Office de l'Eglise et de la Vierge en latin et en français avec les hymnes, Paris, Pierre Le Petit, 1659, p. 38-41.)

 

Résumé

Compositeur

Titre

Ave Maria… quæ cum audisset

Effectif simplifié

Cinq parties avec deux voix d'enfants

Effectif détaillé

sol2,ut1,ut3,ut4,fa4

Source

Tours BM : ms 168, n° t.28

Genre musical

motet

Genres littéraire et liturgique

centon

Identifiant

Utilisation liturgique

Office de la Vierge durant l’Avent
Annonciation